Xavier, de la Marine Nationale à l’industrie navale

Après avoir validé son diplôme d’ingénieur, Xavier Lannéhoa a passé 8 années dans la Marine Nationale : il était officier de spécialité « énergie et propulsion ». Il a ensuite souhaité se rediriger vers le secteur privé tout en continuant dans l’industrie. Il a donc intégré à Lyon le MSc « Manager des Entreprises et des Organisations » afin de valider certaines compétences qu’il avait développé sur le terrain, notamment en terme de management, tout en approfondissant ses connaissances économiques et financières. Il est aujourd’hui Responsable de Production pour le Groupe DCNS à Toulon, l’un des leader mondiaux des systèmes navals de défense.

 

En quoi consistent vos missions au quotidien ?

Au sein de DCNS, j’occupe le poste de responsable de la production des flexibles hydrauliques (production interne et sous-traitée), fabriqués au profit des bâtiments de guerre (Toulon, Brest, mais aussi pour le Maroc et l’Égypte). Comme cet atelier a récemment été créé, je suis notamment en charge de mettre en place un système de pilotage de la performance de production (suivi des coûts, création d’indicateurs, amélioration de la communication des informations, management visuel de la production).
En tant que responsable de production, je suis le garant de la planification, de l’ordonnancement et du lancement de la production interne. Enfin, l’achat de prestations, de matières premières et de fournitures nécessaires pour la fabrication interne font également parties de mes responsabilités.
L’ensemble de mes missions intègre une part de management d’équipe.

Quels sont les aspects de votre travail que vous appréciez le plus ? Et pourquoi avoir choisi ce secteur d’activité ?

J’apprécie le fait d’avoir une vision globale et c’est particulièrement le cas dans le pilotage d’une chaîne de production. De plus je peux maîtriser une grande partie de la chaîne de valeur d’un produit : achats de matières, assemblage, test, Contrôle Qualité puis livraison au client final.
Il s’agit d’un secteur d’activité dans lequel j’avais déjà une certaine expérience du fait de mes 8 années passées au sein de la Marine Nationale. Grâce à cette connaissance des enjeux et du contexte de ce milieu, je sais apporter une plus-value appréciable à ce projet.

Quel a été votre parcours avant d’obtenir ce poste ?

Après avoir obtenu un diplôme d’ingénieur généraliste, j’ai passé 8 années au sein de la Marine Nationale en tant qu’officier de spécialité « énergie et propulsion ». Les fonctions que j’ai assurées m’ont amené à développer mes capacités à manager des équipes pluridisciplinaires dans un contexte technique et opérationnel fort. J’ai notamment été nommé Chargé de prévention des risques sur le porte-avions « Charles de Gaulle » et j’ai dirigé des ateliers de production dans les domaines de l’électricité, du bois, des matières textiles et du composite.
C’est grâce aux salons de l’emploi organisés par la Marine et en restant en contact avec les personnes de mon réseau que j’ai pu trouver le poste que je tiens actuellement. Si je peux apporter quelques conseils en terme de recherche d’emploi, je pense d’une part que les salons sont de loin les meilleurs vecteurs et que le fait de bien s’y préparer est une obligation ; d’autre part je crois que les réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo) permettent justement d’établir un bon relais après les rencontres des salons, alors n’hésitons surtout pas à nous en servir !

Quels étaient vos objectifs en intégrant les MSc & MBA INSEEC ?

Après 8 ans d’armée, je souhaitais mettre en valeur mes aptitudes managériales et mes compétences techniques en acquérant des connaissances en matière de gestion de budget. C’est principalement pour cette raison que j’ai décidé d’intégrer le MSc « Manager des Entreprises et des Organisations ». Cette formation permet d’avoir une vision à la fois globale et précise de la gestion de budget d’une entreprise ou même d’un projet. Vision qui ne m’était pas donnée lorsque j’étais dans la Marine (puisque l’armée reste un organisme étatique).
Par ailleurs à moyen terme, je souhaite devenir de plus en plus autonome dans mon travail. Mais avant de pouvoir être seul à mener un projet, ou même diriger une entreprise, je voulais acquérir les connaissances nécessaires et suffisantes pour être serein dans l’exercice de ces fonctions importantes. Le programme du Msc que j’ai validé allait tout à fait en ce sens et si quelques personnes se retrouvent dans ces lignes, je ne peux que leur conseiller vivement cette formation.
Je me permets de souligner un dernier point tout à fait intéressant et qui m’a résolument convaincu du bien fondé de cette formation : c’est le fait que les cours soient dispensés par des « intervenants ». Ceci signifie que les étudiants ont la vision d’hommes et de femmes ayant d’ores et déjà des responsabilités dans chacun des cours proposés, ce qui rend d’autant plus concrets les sujets abordés.

Quelle a été pour vous la valeur ajoutée par cette formation au regard de votre carrière professionnelle ?

En plus de mon parcours miliaire, le fait de valider une telle formation m’a tout d’abord permis de réaliser une transition essentielle et cohérente pour aborder le monde industriel. De plus, acquérir des connaissances en matière économique et financière constitue un réel atout au regard du contexte dans lequel les entreprises évoluent de nos jours : la mondialisation a permis d’établir des échanges toujours plus rapides et distants, et par conséquent la concurrence est de plus en plus rude. Ce MSc permet d’en prendre conscience et d’arriver sur le marché du travail en ayant quelques outils et connaissances pour s’y préparer.

Avez-vous des conseils pour les étudiants qui souhaitent avoir une carrière dans ce secteur ?

Cette formation a justement l’avantage de ne pas être focalisée sur un seul secteur : on peut « entreprendre » dans n’importe quel domaine d’activité : l’industrie, les transports, le secteur financier, la distribution, l’agriculture,etc. Avant d’investir dans un projet et de créer sa propre société, je pense qu’il faut être suffisamment armé en prenant le temps, en début de carrière, d’occuper quelques fonctions clés au sein d’une ou plusieurs entreprises : je pense à des postes de commercial, acheteur, comptable ou encore responsable marketing.
Par la suite, le fait de gagner en autonomie dans divers postes/métiers permettra d’avoir une bonne vision de chacune des entités d’une entreprise. Les briques de connaissances et de compétences s’empilent, l’entrepreneuriat devient alors possible.

Comment envisagez-vous la suite de votre carrière professionnelle ?

A l’instar des quelques précédentes lignes, je tente de compléter au mieux mon panel de compétences dans le but d’être parfaitement à l’aise avec tous les sujets nécessaires pour faire grandir une entreprise, jusqu’à ce que je puisse occuper des fonctions liée à la direction d’une telle structure.