Rachel Pianet, Sales Manager dans un chalet privé

rachel-pianet

La carrière est impressionnante, voire bluffante ! Rachel Pianet, qui a rejoint le campus de Chambéry cette année, est sales manager au chalet privé de luxe Saint-Philippe à Megève. Entretien.

Rachel, quel est votre parcours professionnel ?

Je suis linguiste de formation et j’ai enseigné pendant une dizaine d’années l’allemand au sein de l’Education Nationale mais aussi à l’Université de Savoie. J’ai par la suite côtoyé le monde privé où j’accompagnais des chefs d’entreprise dans l’apprentissage de l’anglais et de l’allemand. Puis, j’ai suivi mon mari aux USA, pendant trois ans où j’ai eu l’occasion de travailler pour une association gouvernementale, AIPT, en tant que consultante France. J’étais chargée de placer des cadres américains dans de grands groupes français comme TOTAL, PEUGEOT ou encore EDF. J’ai pu développer mon réseau professionnel et quand nous sommes revenus en France, j’ai pu poursuivre cette mission.

Quand avez-vous rejoint le milieu du luxe ?

J’ai été recrutée par une société suisse, SMART HOME, spécialisée dans la domotique à domicile. Nous avions une clientèle fortunée et j’étais notamment en charge des relations publiques de l’entreprise. C’est là que j’ai commencé à fréquenter les stations de sport d’hiver et que j’ai été recrutée en tant que sales manager par le chalet privé de luxe Saint-Philippe. J’ai mis en place une équipe de huit personnes et j’ai notamment la charge de la commercialisation de notre chalet auprès des clients particuliers, qui viennent de tous horizons, et des entreprises désireuses d’organiser des événements dans notre demeure.

Pourquoi avoir rejoint l’INSEEC Chambéry ?

Parce que l’école a la particularité de ne pas diffuser des enseignements académiques mais du concret en rapport avec le monde de l’entreprise. Le campus de Chambéry me rappelle aussi les campus universitaires américains et j’aime ici le cosmopolitisme ! C’est très enrichissant. Je recommande fortement l’école aux étudiants intéressés par le luxe. Pour cela, ils doivent savoir que leur travail devra être exercé avec passion mais qu’il convient de garder les pieds sur terre !