Pairarogie, blended learning, peer learning, classe inversée, etc. : comment s’invente la pédagogie de demain ?

La crise sanitaire causée par le Covid-19 a permis de dessiner les contours du « monde d’après » dont la presse et les professionnels se sont fait l’écho : la formulation – bien que polémique – sous-entend une idée de changement qui a été largement accélérée par cette période historique. Dans l’univers de l’enseignement supérieur, écoles, organismes de formation et universités ont dû s’adapter pour non seulement proposer leurs cours en ligne pendant le confinement mais aussi réinventer la pédagogie de demain pour un futur très proche : la rentrée de septembre 2020.

La célèbre transformation digitale est alors en marche dans l’enseignement supérieur. Et dans le cadre de cette transformation de l’enseignement qui amène la pédagogie de demain, les mots pairagogie, blended learning, peer learning, classe inversée, cours synchrones en ligne, etc., ont fleuri dans les discours des enseignants-chercheurs, des directeurs d’écoles et des intervenants professionnels. Faisons le point pour démystifier toutes ces méthodes, pas si nouvelles qu’elles n’en ont l’air. 

Ces formulations brouillent le plus souvent la vision de la pédagogie de demain, y compris pour les premiers concernés par cette transformation : les enseignants. Pour autant, ces méthodes pédagogiques ne sont pas si nouvelles que cela dans le monde de l’enseignement : elles ont dû se réadapter face au boom de l’enseignement en ligne. Pour des écoles et universités habituées à l’enseignement en présentiel, l’enjeu est de taille pour s’approprier ces méthodes et les transposer à leurs enseignements, tout en prenant en compte la réalité sanitaire imposant des règles de distanciation physique pour limiter la propagation de l’épidémie.

Les MSc & MBA d’INSEEC ont fait le choix d’opter à la rentrée de septembre 2020 pour un enseignement en blended learning : mixte entre présentiel et distanciel, avec des cours délivrés de façon synchrone ou asynchrone. Nous vous proposons un éclairage sur ces différentes modalités pédagogiques.

Peer learning, aussi nommée pairarogie ou apprentissage collectif

Le peer learning, qu’on appelle aussi pairarogie ou apprentissage collectif ou par les pairs, est une technique d’apprentissage qui favorise la collaboration et le travail en équipe pour acquérir une connaissance. En effet, ce sont les étudiants qui, à partir de divers éléments donnés en amont par leur enseignant, doivent répondre à une problématique sans son intervention.

Les étudiants devant travailler ensemble, chacun apprend de l’autre pour répondre à la problématique posée par l’enseignant. Dans ce cadre, l’enseignant intervient pour guider et conseiller les étudiants sans pour autant les aider à répondre clairement à la problématique.

Cours délivré de façon synchrone

Un cours effectué en synchrone (qu’il soit en présentiel ou en distanciel) implique de l’immédiateté : le cours se déroule en temps réel pour tous les étudiants sur un créneau horaire donné, peu importe la façon dont le module se matérialise (sur site en salle de classe ou via une visioconférence sur des outils de télécommunication).

Cours délivré de façon asynchrone

Le cours en séquence asynchrone permet à l’étudiant de suivre l’enseignement au moment qui lui convient dans la semaine ou en fonction du temps alloué par l’enseignant pour prendre connaissance des ressources pédagogiques qui leur ont été mises à disposition pour ce module précis. Les activités pédagogiques peuvent prendre différentes formes, comme des forums, des quizz, visionnage de vidéos, etc.

Qu’est-ce que la classe inversée ?

La classe inversée est une façon d’appréhender la pédagogie plus qu’une méthode d’enseignement : les étudiants reçoivent en amont des cours sous forme de ressources en ligne qu’ils consultent chez eux. Ils doivent prendre connaissance de ces différentes ressources avant le début de la classe et/ou du module en synchrone : d’où l’idée de la « classe inversée ».

Cette modalité pédagogie permet de libérer du temps pendant la séquence en synchrone pour organiser des activités, des projets de groupe et des échanges. Il existe énormément de variantes, mais l’idée principale est que l’enseignant n’est plus au centre de l’éducation des étudiants mais devient un passeur d’échanges et d’idées entre les étudiants, et apprend d’eux.

Réaménagement des espaces physique d’enseignement

Ces différentes modalités pédagogiques se combinent également avec une réappropriation des espaces des salles de classe : dans le cadre de certains cours, l’enseignement en présentiel et en distanciel pourra se faire dans le même temps. Une partie des étudiants sera présente en présentiel, tandis que l’autre suivra le module en distanciel. Cette complémentarité oblige les professionnels de l’enseignement à repenser les salles de classe.

De la même façon, lors des classes inversées ou du peer learning, cette réflexion autour du réaménagement de l’espace doit être prise en compte. Le professeur n’est plus alors en face d’un auditoire mais fait partie de l’auditoire à part entière : comment repenser la place physique de l’intervenant avec ces modalités pédagogiques plus prégnantes ?

Autant de pistes de réflexion et de questions auxquelles les professionnels de l’enseignement supérieur doivent penser pour réinventer la pédagogie de demain. Prochain RDV : septembre 2020, pour mettre toutes ces modalités en pratique dans un contexte en blended learning !