Christophe PARIER, intervenant : « La pluralité au sein de l’INSEEC est particulièrement intéressante ! »

Christophe PARIER
Directeur juridique, Aéroport de Bordeaux Mérignac
Intervenant à l’INSEEC Masters & MBA Bordeaux

Après un Doctorat en Droit des Assurances, j’ai travaillé à différents postes de Direction dans le monde de l’assurance puis de la banque. J’ai intégré les fonctions de Directeur Juridique à l’Aéroport de Bordeaux Mérignac (SA ADBM) il y a un an et demi, et j’interviens parallèlement au Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, en qualité de juge de proximité.

Mes missions sont très variées puisque je gère tous les aspects juridiques de l’aéroport : droit des assurance, contentieux, droit des contrats, droit des douanes, droit des marques… excepté le droit social. Cette diversité est stimulante mais aussi très exigeante car il faut être spécialiste en tout !

J’interviens actuellement à l’INSEEC pour donner des cours de droit de l’arbitrage et de médiation aux étudiants du Master Fiscalité, Droit des Affaires, Conseil et Gestion d’Entreprise de l’INSEEC. Ces étudiants ont des parcours très variés, des expériences professionnelles riches ou sont de nationalité étrangère. Cette pluralité qui existe donc au sein de l’école est particulièrement intéressante ! De plus, avec tous les stages qu’ils réalisent, les étudiants de l’INSEEC ont déjà un pied dans le monde de l’entreprise. C’est ce que recherchent aujourd’hui les entreprises qui recrutent : des candidats immédiatement opérationnels !

Mon conseil aux étudiants des Masters de l’INSEEC est de garder en permanence un esprit ouvert, de ne pas se cantonner à une culture livresque et professorale. Il faut douter de tout et ne jamais arrêter de se former, même après 50 ans !
 


L’Aéroport de Bordeaux Mérignac :

Avec un capital détenu à 60% par l’Etat et à 40% par les collectivités territoriales et la CCI de Bordeaux, l’Aéroport de Bordeaux Mérignac est une société privée à capitaux 100% publics.
Le chiffre d’affaires est de 50 millions d’euros, exclusivement réalisé grâce aux redevances aéroportuaires et à l’octroi d’autorisations d’occupation temporaire de l’espace aéroportuaire (affréteurs, magasins dans l’aéroport, restaurants, etc.).
Près de 250 personnes y travaillent, le service le plus important étant, bien sûr, celui qui s’occupe de la maintenance.
Les opportunités de recrutement correspondent principalement à des remplacements (temporaires ou suite à des départs à la retraite).