Fiscaliste, un métier en or

Le 22 octobre dernier, Le Parisien a consacré un article à la profession de fiscaliste, un métier d’avenir de plus en plus recherché par les entreprises et les cabinets d’avocats.

Citant le cabinet de recrutement Robert Half, le journaliste explique que cette profession ne cesse de recruter en raison de l’évolution permanente de la législation. Face à ces nombreux changements, de plus en plus d’entreprises choisissent en effet d’internaliser ces problématiques fiscales en créant de nouveaux postes dans ce domaine.
L’article aborde ensuite le salaire moyen d’un fiscaliste qui, entre 3 et 5 ans d’expérience, peut toucher entre 50 000€ à 60 000€ brut par an.

Enfin, s’intéressant au niveau d’études requis (Bac+5 minimum) et aux débouchés offerts après une formation en fiscalité, le journaliste donne la parole à Patrick Viault, Directeur du MBA Spécialisé en Fiscalité, Droit des Affaires, Conseil et Gestion d’Entreprise de l’INSEEC. Ce dernier explique ainsi que : « Les secteurs bancaire, financier et de distribution recherchent beaucoup de fiscalistes, mais le luxe, la grande distribution ou l’international sont aussi très demandeurs. Dès lors, un très bon niveau d’anglais est bien entendu indispensable ». Sans oublier que la moitié des étudiants du MBA Spécialisé passent le barreau à l’issue de leur formation !